Les bases pour améliorer ma communication

Communiquer est au cœur de nos vies, que ce soit dans notre vie familiale, personnelle, dans nos activités professionnelles.

Nous vivons dans un monde ultra connecté, où la transmission d’informations est de plus en plus facilitée par internet. Pour autant, ces conversations, mails, chat, WhatsApp, réseaux sociaux divers, peuvent-elles remplacer la relation d’échange concrète entre des hommes et des femmes ?

Cette forme de dialogue nous a-t-elle appris à communiquer ?

Savons-nous vraiment mieux communiquer ?

Communiquer, c’est avant tout créer un espace d’échange sincère avec notre interlocuteur. Pour une communication efficace, trois éléments sont indispensables : l’envie, les mots, et le courage.

La clé de départ : L’Envie

Comprendre ses besoins

La question « ai-je envie de parler à cette personne ? » est toute simple, et pourtant la réponse ne l’est pas forcément.

On se rend compte dans nos communications au quotidien que parfois, on prend beaucoup de plaisir à vouloir parler à une personne, et parfois on en prend moins.

Si je me trouve dans un milieu qui me contraint à la relation, et donc à la communication, dans le cadre professionnel par exemple, je peux me retrouver à devoir discuter avec des personnes avec qui je sens que le courant ne passe pas.
Il est intéressant de se poser la question du pourquoi.
Pourquoi est-ce que je ne me sens pas à l’aise avec cette personne, quels enjeux sont en place, qu’est-ce que cette relation vient dire de moi ? Qu’est-ce que je ressens comme émotion, quelles sont les croyances associées ? Qu’est ce qui fait que j’ai envie ou pas de lui parler ?

Prenons Un exemple simple :

Mon manager arrive dans mon bureau et va me poser une question sur le projet que je suis en train de mener. Il me dit : « As-tu pensé à rendre le dossier au service comptabilité ? », «Et puis as-tu envoyé un mail au client X ?».

Ma réaction intérieure : « pourquoi me pose-t-il ces questions ? Je lui avais dit que je le ferai ». Je n’ai pas envie de lui répondre. Je suis contraint, donc j’y vais et je réponds un peu agacé « oui, oui »

Vous savez ce fameux « oui, oui » qui tue. 😊

J’ai deux options dans l’analyse de la situation :

  • Soit c’est mon manager qui est intrusif,
  • Soit je me demande pourquoi je n’avais pas envie de lui répondre. Et je vais me rendre compte que je me suis senti en colère, parce que j’ai trouvé que son approche était intrusive. Quel est mon besoin caché ? J’ai besoin de liberté dans ma manière de fonctionner, et qu’on me fasse confiance.

Et bien souvent, je vais opter pour la première option. Alors que mon manager n’est pas intrusif, il a simplement posé une question.

J’ai besoin qu’on me laisse faire dans ma manière de travailler. Et c’est valable bien sûr !

Tout simplement mon manager n’a peut-être pas respecté mon besoin de « laissez faire ».

Pour mon manager, poser des questions est tout simplement sa façon à lui de me montrer qu’il s’intéresse à moi, et il a besoin d’être rassuré sur l’état d’avancement des dossiers.
 Il a fait avec moi, comme il aurait aimé que je fasse avec lui.

Nos besoins à tous les deux sont différents, et tout aussi valables.

 

Il faut donc d’abord décrypter quel est le message caché dans mes réactions et dans mes émotions.

  • Pourquoi je n’arrive pas à entendre cette phrase précisément ? Pourquoi n’ai-je pas envie de lui parler ou de lui répondre ?
  • Qu’est-ce qu’elle dit de moi ?

Par cette introspection, je reprends le pouvoir sur moi-même. Je deviens responsable de mes besoins et de ma communication. 

 

Mon intention :

Rechercher son intention dans une communication permet de comprendre également pourquoi j’ai envie ou non.

L’intention peut être positive : je parle à mon interlocuteur parce que j’en ai besoin, ou parce que je vais prendre du plaisir par exemple.

L’intention peut être négative : je vais lui parler parce que je n’ai pas le choix, ou pour lui faire un reproche par exemple.

Pour une bonne communication, mon intention doit être « sincère ».
Cela signifie que mon intention est positive, je considère que j’ai de la valeur et que l’autre aussi a de la valeur.
Est-ce suffisant ? Non, parce même si mon intention est sincère, je n’utiliserai peut-être pas les bons mots.

Les Mots pour bien communiquer

 

Suis-je d’accord avec elle/lui sur le fond ? Sur la forme ?

On dit souvent qu’il suffit de bien se parler pour bien se comprendre.
La manière de dire les choses a plus d’importance que ce qui est dit, dans le sens où si je ne sais pas comment faire passer mon message, alors ce que je souhaite dire ne sera pas entendu.

En d’autres termes, même si mon intention est sincère, peut-être que la manière dont je vais parler à mon interlocuteur fera que le message ne passera pas.

J’ai appris avec les travaux du Psychologue Américain Taibi Kahler (fondateur du Process Communication Model®, utilisé par les astronautes de la NASA au démarrage dans les années 1980), qu’il existe 6 façons de percevoir le monde.
Le vocabulaire utilisé et les structures de phrases, alliés au langage non-verbal et para-verbal, sont différents selon les 6 façons de percevoir le monde.
Et j’ai compris pourquoi parfois, je pouvais partager les mêmes valeurs avec une personne, mais que la manière d’en parler faisait qu’on ne se comprenait pas !

J’illustre avec ce visuel :

La clé cachée : Le Courage

Entrer en relation avec l’Autre demande du courage, demande de prendre ses responsabilités.

Je suis responsable de la manière dont je dis les choses, et je suis responsable de la manière dont je les reçois.

Je ne suis pas responsable de la communication de l’autre. En effet, je n’ai pas de pouvoir sur le fait que l’autre transforme sa communication, même avec la meilleure volonté du monde !

En revanche, j’ai du pouvoir sur :

  • L’expression de mes besoins : comment j’aimerais qu’il/elle communique avec moi ? 
  • Comment je reçois les messages (mes émotions, mes croyances : qu’est-ce que ma communication dit de moi ?)
  • Mes réactions, mes comportements : comment vais-je réagir ?

 Bien communiquer avec l’autre est avant tout un retour à soi :

  • Avoir connaissance de ses propres croyances, de ses propres besoins
  • Savoir accueillir ses émotions
  • Avoir l’humilité de s’entrainer (beaucoup 😊) & demander à l’autre de la bienveillance

 Lorsque la conversation dérape et que vous souhaitez revenir en positif, raccrochez-vous à des croyances positives :

  • J’ai de la valeur
  • L’autre a de la valeur
  • J’ai l’envie de trouver un terrain d’entente.

 Ainsi, pour une belle communication : il faut en avoir envie, il faut en avoir les mots, il faut en avoir le courage.

Avec la Process Communication® que j’utilise en coaching ou dans mes formations, vous allez avoir les mots.

Si l’on reprend l’exemple du manager qui m’envahit de ses questions. Je vais savoir qu’il a besoin d’être rassuré. Je lui demande s’il veut que je lui fasse un point. Je lui donne les éléments factuels. Et à la fin je lui demande si c’est bon pour lui.
De cette façon, j’évite d’être envahi par un flot potentiel de questions qui remettent en doute ma capacité à faire seul.

Si j’ai les mots alors peut-être que j’aurais plus le courage et si j’ai plus le courage alors peut être que j’aurais plus envie.

A l’époque où je travaillais en Ressources Humaines, j’ai essayé beaucoup de « techniques » de communication. Le Process Communication Model® est le seul outil que j’ai trouvé concret et que j’ai réellement pu mettre en pratique.
Parce que (entre nous), la théorie c’est bien, mais avoir quelque chose de pratico-pratique au quotidien c’est mieux. 
😊
Et comme le disait Einstein, « La plus grande des folies c’est de croire que l’on peut évoluer sans changer ses habitudes ».

Avec le Process Communication®, croyez-moi, vous pouvez changer les habitudes !

À la base d’une mauvaise communication, il y a souvent des croyances limitantes tellement ancrées dans notre cerveau que l’on ne les voit même plus.

« Je ne sais pas comment te dire les choses. » « Dès que je te parle cela part en vrille… »

En changeant ses croyances, on peut tout changer – c’est la plasticité du cerveau dont je parle dans ma vidéo Youtube Pensées négatives ou obsédantes, pourquoi n’arrive-t-on pas à les changer ?

On attend souvent que ce soit l’autre qui change alors que tout commence par soi. Et bonne nouvelle il y a de nombreuses clés pour s’entraîner !

Exercice pratique

Pour terminer, je vous propose un exercice pratique (car rappelez-vous que pour avoir une belle communication c’est de l’entrainement avant tout – si je ne change pas alors rien de bougera jamais) :

  1. Tout d’abord, pensez à une personne avec qui vous avez du mal à communiquer et notez toutes les croyances que vous avez :Je n’arrive pas à communiquer avec « X » parce que :
    • « je crois qu’elle ne m’écoute pas »
    • « je crois qu’elle ne m’aime pas »
    • « cela va être trop lent je vais m’ennuyer »
    • « il ne comprends rien »
    • « je vais perdre mon temps »

    Vous venez d’écrire des croyances limitantes pour votre communication avec cette personne.

  2. Pour chaque croyance vous allez écrire ce que cette croyance vient révéler de vos besoins
  3. Puis transformez cette croyance limitante en croyance ressource
Croyance limitante Besoin Action = croyance ressource

« je vais perdre mon temps »

 

J’ai besoin d’être efficace dans ma journée Je planifie dans mon agenda et j’accorde le temps nécessaire pour discuter avec cette personne.

 

En faisant cet exercice, vous redevenez maître de vos communications en acceptant cette part de responsabilité que vous avez.

Et bonne nouvelle, avec des belles communications vous allez faire le plein d’énergie !!

Et oui parce que je crois que nous sommes des êtres de relations, et que c’est dans la relations que l’on peut se réaliser.

 

Cet article vous a plu ?
Partagez-le et inscrivez-vous à ma newsletter pour recevoir mon guide gratuit “6 questions à se poser pour être épanoui(e) au travail” et être informé(e) de tous mes futurs articles !

E book qui illustre mon guide gratuit Haut Potentiel et Hypersensible 6 questions à se poser pour être épanoui(e) dans son travail

VOTRE GUIDE GRATUIT

Haut Potentiel & Hypersensible
6 questions à se poser pour être épanoui(e) au travail

Prénom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Gauthier FERRAND

Gauthier FERRAND

Coach en neurosciences motivationnelles et formateur Process Communication Model, Fondateur de Aile & Lui Potentiel

Ancien Responsable des Ressources Humaines, je vous propose de vous accompagner pour trouver votre alignement personnel et professionnel avec le monde qui vous entoure.

Comment trouver un travail qui fait sens ? 

Comment contribuer au monde en étant moi-même ? 

Comment avoir des relations harmonieuses ?