Avez-vous déjà ressenti un besoin de changer de poste, associé à une ou des peurs de ne pas le faire ?

Personnellement oui, j’ai connu ces peurs qui m’ont bloqué. Avant la découverte de Haut Potentiel, je me disais « ce n’est pas possible, j’ai encore besoin de changer de poste alors que je ne suis en poste que depuis 1 an ». Et puis à l’époque, j’étais Responsable Ressources Humaines, et comme le dit l’adage classique en Ressources Humaines, on garde un poste 3 ans : la première année pour découvrir le poste, la seconde année pour asseoir la montée en compétence, et la 3ème année pour profiter et capitaliser sur l’expérience acquise afin de sortir de sa zone de confort.

Mais voilà, pour une personne à Haut Potentiel, si la fin de la période de découverte est liée au commencement d’une routine, si l’ennui et la frustration pointent leur nez, associée à une faible qualité des relations humaines, alors l’envie de changer est très forte dès quelques mois passés sur le poste.

Je mets en évidence trois peurs parmi les plus courantes, observées chez les personnes à Haut Potentiel qui cherchent leur place dans le monde du travail, et vous donne des clés pour les dépasser.

1/ La culpabilité liée au retour des autres : être vu comme instable

« Pourquoi tu veux encore changer ? », « Mais tu viens à peine d’arriver ! »

A cette question classique de l’entourage, la personne à Haut Potentiel qui s’ignore ne peut pas répondre clairement en conscience. En effet, elle peut avoir du mal à exprimer ses ressentis, ses besoins, expliquer qu’elle ne veut pas de routine, qu’elle a besoin de relations enrichissantes et profondes, qu’elle a besoin d’être stimulée, qu’elle aimerait avoir plusieurs activités en parallèle.

Il peut arriver par la suite, « et puis de toute façon, c’est normal qu’il y ait une routine dans un poste, tout le monde l’accepte ! »

« Normal », « tout le monde » : ces mots contribuent largement au sentiment de décalage par la personne à Haut Potentiel qui n’aime pas la normalité, et qui sent bien qu’elle ne fonctionne pas comme tout le monde.

 

« J’en ai marre de ton instabilité »

Le besoin de changer peut générer des tensions familiales. Incompréhension ou peur du conjoint (à juste titre), besoin d’être rassuré.e, lassitude. La personne à Haut Potentiel peut avoir peur des conséquences de ses changements de postes sur l’équilibre familial, qu’une séparation puisse en découler, qu’elle puisse être rejetée.

Comment dépasser la culpabilité :

Se comprendre pour s’accepter: reconnaitre en soi le haut potentiel et/ou la multipotentialité. Accepter qu’un haut potentiel a besoin d’être nourri, ne fonctionne pas dans une routine. Il a besoin d’être stimulé dans ses relations, a besoin de projets.

Les projets ne sont pas forcément professionnels d’ailleurs. La stimulation peut être trouvée dans des projets associatifs, des loisirs, et l’emploi professionnel peut être alimentaire.

Cette compréhension de soi permet progressivement de se détacher du regard des autres, par un travail sur l’estime de soi.

Communiquer en famille: exprimer ses besoins, et écouter les ressentis et les besoins de son conjoint, et soyons honnêtes 😊 : à sa place, n’aurions pas nous-même des craintes ?

2/ La lassitude de retrouver encore la même chose

« A quoi bon, j’ai déjà changé plusieurs fois, et c’est toujours pareil »

Pour les personnes à Haut Potentiel qui changent régulièrement de poste, et qui ne parviennent pas à trouver leur place, un cercle vicieux prend forme à chaque prise de poste. Le désespoir pointe son nez, jusqu’au moment où je n’ai même plus envie de changer.

Les croyances limitantes sont forgées : « je n’arriverai pas à trouver le poste qui me convient », « les relations sont toujours compliquées avec moi… » Et ces croyances alimentent le cercle vicieux, et constituent notre réalité.

Comment dépasser cette lassitude :

Encore et toujours, se comprendre et s’accepter: comprendre son mode de fonctionnement atypique, pour sortir du scénario d’échec dans lequel on peut se retrouver, se rassurer et regagner confiance en soi. « il est normal que j’ai ces besoins avec mon mode de fonctionnement »

Mettre du sens dans sa vie, comprendre ce que l’on veut faire. Si on ne sait pas ce que l’on cherche, on ne peut pas le trouver. Comment ai-je envie de contribuer au monde ? Comprendre qu’il n’y a pas qu’une manière d’y parvenir

Par exemple : « j’ai envie d’être heureux pour mes enfants ». Un exemple de mission de vie, qui laisse une multitude de moyens d’y parvenir !

Accepter d’avoir envie de faire plein de choses et en rire, parce qu’en réalité, c’est une bonne chose ! (il vaut mieux ca que l’inverse !!)

 

3/ La peur d’être déçu par nous-même

« Je ne serai jamais à la hauteur de mes ambitions »

    La personne à Haut Potentiel peut s’imposer une mission de vie très exigeante. Elle peut avoir reçu une pression dès l’enfance si le Haut Potentiel a été détectée tôt. Elle peut également se l’imposer à elle-même, sans vraiment comprendre pourquoi d’ailleurs, en se sentant appelée à « quelque chose » de grand, voire de très grand.

    Cet appel associé à une faible confiance en soi et au syndrôme de l’imposteur, peut amener la personne à Haut Potentiel à ne pas passer à l’action, par peur de ne pas parvenir à réussir son projet, d’être confronté à un échec potentiel.

    Et comment savoir si on est à la hauteur de ses ambitions en n’essayant pas ? La personne à Haut Potentiel peut alors avoir le sentiment de passer à côté de sa vie.

    Comment dépasser cette peur de se décevoir :

    Se dire que la pression est seulement vis-à-vis de soi-même

    Se mettre des objectifs réalisables et les découper en petits objectifs. « Rome ne s’est pas faite en un jour »

    Vivre les actions les unes après les autres, tous les jours

    Vivre l’instant présent en conscientisant nos 5 sens dans des petites actions

    Avoir un effet miroir des gens qui vous disent et vous montrent vos réussites et les petits succès qui pour vous sont normaux.

    Célébrer les petits succès. A l’école et depuis notre plus tendre enfance, on pointe les fautes. Aujourd’hui, vous avez avancé, félicitez-vous pour cela !

    N’oubliez pas que vous avez inconditionnellement de la valeur, et que les autres ont aussi inconditionnellement de la valeur. Je crois que nous sommes des êtres de relations, et que c’est dans la relations que l’on peut se réaliser. Entourez-vous des personnes qui croient en vous, et vous aime tel quel vous êtes.

    Cet article vous a plu ? 
    Partagez-le et inscrivez-vous à ma newsletter pour recevoir mon guide gratuit “6 questions à se poser pour être épanoui(e) au travail” et être informé(e) de tous mes futurs articles !

    Votre guide gratuit

    Haut Potentiel & Hypersensible
    6 questions à se poser pour être épanoui(e) au travail

    Prénom*
    Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

    Gauthier FERRAND

    Gauthier FERRAND

    Coach en neurosciences motivationnelles et formateur Process Communication Model, Fondateur de Aile & Lui Potentiel

    Ancien Responsable des Ressources Humaines, je vous propose de vous accompagner pour trouver votre alignement personnel et professionnel avec le monde qui vous entoure.

    Comment trouver un travail qui fait sens ? 

    Comment contribuer au monde en étant moi-même ? 

    Comment avoir des relations harmonieuses ?